La naïveté

Par définition, la naïveté est la simplicité, la grâce naturelle empreinte de confiance et de sincérité.

La naïveté
La naïveté

Voilà ! Je suis naïve.  Totalement.

Je viens de me rendre compte que…

Ben voyons ? Ça ne se peut pas !!

Comment se fait-il que…

Surprise !

J’en ai le souffle coupé… et…

Ma respiration s’accélère… mon cœur palpite…

Je sens mes joues rougir… par déplaisir…

Elles sont bouillantes d’indignation.

Un goût amer en bouche.

Mon cœur est gros. De me sentir bafouée dans ma naïveté.

J’ai froid.

Mes yeux sont tristes.

Aucun sourire.

Je me sens mal.

Mes yeux brillent… pas de mille feux… mais de mille larmes retenues pas un « je ne sais quoi »… ma vue se brouille…

Soupire.

Je déglutis péniblement.

Une larme glisse doucement le long de ma joue.

Déception.

TU mens.

Tu profites de ma naïveté.  Oui ! Je suis une personne qui croit que le monde est bon et honnête.  Je suis comme ça !  Je suis foncièrement honnête, confiante, droite et fidèle.  Je crois en ses valeurs.  Je les possède.  Alors, comment puis-je penser qu’une personne peut sciemment vouloir me tromper dans un but très précis ? Comment ?  Cette pensée ne m’effleure même pas l’esprit.

Et vlan dans les dents !  Je me rends bien compte que l’on abuse de moi, de ma candeur, de mon innocence face à la vie.

Ma déception est tellement grande.  Envers toi qui me ment.  Mais aussi envers moi, d’avoir cru ses mensonges.  Je suis blessée.  Trahie.  Non seulement je me sens naïve à l’extrême mais également « nouille » pour ne pas dire stupide.

Je crois que je fais partie d’une race en voie d’extinction.  Je fais partie de cette race dont l’être passe avant le paraître; dont la vérité prévaut au mensonge;  que l’honnêteté n’a pas de prix; que le visage que tu vois est mon être profond également reflété dans mes yeux.

Je suis en voie d’extinction parce que… voyez-vous… à force de se faire passer des « sapins », des « p’tites vites », de recevoir des coups sur la gueule… mon cœur risque de devenir de pierre… inconsciemment, je me protègerai contre les assauts extérieurs blessants… je deviendrai indifférente à autrui… le regard vide, les mâchoires serrées, déterminée… NON !

Je vous en prie !… arrêtez !

Préservez-moi ! Laissez-moi cette petite étincelle de croyance en la bonté de l’humanité, ne laissez pas la race naïve disparaître… ma survie en dépend !

Alors, avant de servir votre salade soigneusement composée, assurez-vous que la destinataire soit en mesure d’apprécier votre vinaigrette !

Renée L’Abbé
1er novembre 2011

Suivez-moi :

Laisser un commentaire