Tiraillement entre l’écureuil et la cigale

Tiraillement de l’écureuil et de la cigale.  Ben non, je n’ai pas comparé la fourmi parce que je me sens plus comme un écureuil.

En mode économie
Tiraillement, écureuil et cigale
Tiraillement, écureuil et cigale

Ayant dû subvenir à mes besoins pendant plusieurs années toute seule, j’ai développé un mécanisme d’économie dans tous les sphères de mon quotidien.  Que ce soit : énergie, chauffage, nourriture, essence, voiture et même les équipements.

Soit que je conserve ce que j’ai acheté pendant le maximum d’années telles que mes voitures, une honda 1991 délaissée en 2012 parce qu’elle était usée quasiment à la corde, le dessous de la voiture a arraché avec le pare-choc arrière.  Je me suis donc acheté une voiture usagée Vibe 2004 en 2012.  Je la possède encore.  J’ai comme principe, si ta voiture ne te coûte pas plus cher que 1200 $ par année, garde-la parce que c’est pas mal moins cher qu’un paiement de voiture et, je déteste les paiements.

Si ce n’est de conserver mes vieilleries, je magasine pour payer le moins cher, avoir le meilleur prix.  Ça me prend plus qu’une heure pour magasiner un ordinateur ou un toaster.  J’attends ma »deal ».  D’ailleurs, je dis tout le temps : attendtadeal.com !  Quand nous sommes patients, nous sommes toujours récompensé.

Dépenses et investissement

Depuis que je suis avec mon époux, je suis plus à l’aise financièrement que seul, on s’entend ! Nous effectuons des dépenses dans le but d’améliorer notre espace de vie, la maison.  Et, je suis tiraillée entre la dépense et l’économie.  Pourtant, je magasine encore les prix pour trouver le meilleur sur le marché.  Encore ici, les dépenses effectuées sont dans le but d’améliorer l’état de la maison, ce ne sont donc plus des dépenses mais des investissements.

Mais de quel tiraillement ?

Celui de se laisser aller.  De se dire, go la grande, dépense un peu, t’as qu’un vie à vivre !  L’écureuil en moi ressort donc.  Économise pour tes vieux jours, t’as pas de fonds de pension.  Et, j’ai plein d’exemple autour de moi, de gens économes qui, font face à la dureté de la vie et n’auront pas de vieillesse.  Alors, à quoi sert ce fonds de pension ?  À quoi sert toutes ses économies pendant de nombreuses années, se priver pour penser à nos vieux jours qui, ne viendront peut-être jamais ?

Oui mais, jusqu’où ?

Jusqu’où faut-il aller pour économiser en prévision de nos vieux jours ?  Où est la ligne pour déterminer si nous dépensons notre futur ou non ?

J’ai mis en place il y a plusieurs années, une stratégie de placements.  Le rendement moyen annuel est très bon même si quelques années plutôt mauvaises en bourse me pénalisaient avec du -28 %, je récupère rapidement avec les années subséquentes mais, tout de même.

Alors, pourquoi ai-je le réflexe que dès que j’ai des sous, je les mets de côté ?  Pourquoi n’ai-je pas le réflexe de me dire, wow ! Gâte-toi, achète-toi le dernier truc à la mode ?

Aussi, tiraillement environnemental

Mon mode économique n’est pas que pour mon budget mais je pense également à l’environnement.  Au lieu de changer quelque chose, suis-je capable de le réparer ou le faire réparer ?  Ai-je vraiment besoin de cette 4e paires de chaussure ?  Ai-je vraiment envie d’avoir 25 % de rabais sur une tablette alors que, j’utilise pas ma vieille ?

Mon côté économe et environnemental sont le côté nutritif du mini-wheat !  Disons que mon côté givré est pas mal moins sucré que jadis.  Puisque naguère, j’étais pas mal plus folle dépensière.  Jeune écervelée.  Mais encore, aujourd’hui, j’aimerais retrouver un peu ce côté plus givré, sans remords de conscience.  J’aimerais pouvoir chanter un petit refrain sans avoir de bile.

En conclusion, nous mourrons tous un jour ou l’autre, nous ne savons pas juste pas lequel.

Au final, devons-nous attendre un diagnostic médical négatif pour en profiter ?

Renée L’Abbé
La Renelle

Suivez-moi :

Laisser un commentaire